Australia, baby!

Bonjour à tous,

Nouvelle année, nouveau continent, nouveau bout du monde : cette fois nous vous emmenons faire un petit tour en Australie, au pays des kangourous, des aborigènes et de la grande barrière de corail :).

Trois semaines bien remplies en perspective : après une escale d’une journée à Séoul, atterrissage à Sydney le 10 octobre pour 2 jours, départ pour le centre rouge pour 4 jours, puis nous rejoignons Brisbane où nous attendent 12 jours de route et d’escales jusqu’à Townsville, 1400km plus au nord le long des côtes du Queensland, avant de revenir à notre point de départ : Sydney. Et après une nuit à Séoul, retour à Paris le 1er novembre à 14h.

Au programme : du soleil ( !), du désert, des plages et des îles paradisiaques, des forêts tropicales et plein de bêbêtes pas forcément sympathiques. Bien sûr quand on parle de l’Australie on pense tout de suite aux kangourous, aux koalas voire aux ornithorynques, mais ça n’ôte rien au fait, qu’outre les crocodiles, l’Australie regorge de serpents (c’est le seul pays au monde où les espèces venimeuses sont plus nombreuses que les non venimeuses…), d’araignées (dont certaines sont mortelles) et de méduses tueuses… C’est tout de suite moins accueillant, n’est-ce pas ?

Au programme encore : 9h de décalage horaire à l’aller, 10h au retour, 3 changements d’heure sur place. Parce qu’outre le fait que les australiens ne changent pas d’heure en même temps que nous (premier week-end d’octobre chez eux) et qu’il y a plusieurs fuseaux horaires au sein de ce pays-continent, tous les états ne passent pas à l’heure d’été (oui, c’est l’hémisphère sud : ils passent à l’heure d’été tandis que l’on passe à l’heure d’hiver en France ; si vous ne suivez pas c’est que vous n’y mettez vraiment pas du vôtre !!)… Du coup, entre Sydney et Brisbane, 1000 km plus au nord, il y a une heure de décalage horaire. Un peu comme si Toulouse passait à l’heure d’été, et pas Lille… (Bon, il parait que ça se justifie par une histoire de proximité avec l’équateur, bla bla bla, mais quand même !)

Maintenant que je vous ai tous perdus avec mes histoires de décalage horaire, il n’y a plus qu’à espérer que l’on ne se blesse pas ce week-end à notre championnat d’ultimate et il me reste à nous souhaiter un bon voyage et vous dire à bientôt !

Des bisous

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *