Noroeste

Enfin un peu de temps pour se poser…

Et encore, il n’est pas tout à fait 20h et je suis épuisée… Qu’a-t-on fait ces derniers jours ?

Tout d’abord nous avons quitté les tempêtes tropicales d’Iguazu et de San Ignacio pour la chaleur sèche des provinces de Salta et Jujuy au nord-ouest de l’Argentine, tout près (en tout cas à l’échelle des distances argentines) des frontières boliviennes et chiliennes.

Je ne crois pas qu’on l’ai assez dit : Iguazu est un endroit sublime et nous avons été un peu déçus que la pluie gache une partie du spectacle mais il reste quand même des souvenirs superbes.

Début de la deuxième partie du voyage . départ de San Ignacio à 14h55 d’après le papier. Bah on a bien fait de demander à l’office du tourisme parce que en vrai, il partait à 14h30…
Ensuite (sinon c’est trop facile et c’est pas rigolo…) direction Tucuman. Mais c’est où ça vous demandez-vous ??? Et bien on s’est posé la même question… En fait c’est juste à 3 heures de bus de Salta. Résumé de l’itinéraire : 14h55 (mais en vrai 14h30) départ de San Ignacio, arrivée à Tucuman un peu avant 9h pour attraper le bus pour Salta et y arriver un peu avant 13 heures. Que du bonheur.

Là nous avons eu l’idée du siècle : tiens, si on ne prenait pas de taxi parce que ça coute pas assez cher (2 euros pour le centre ville). Aaah, mais très bonne idée, on va plutôt marcher 3 km avec nos sacs de 10 kg sur le dos avec une température de 30 degrés à l’ombre…
Nous arrivons donc au bureau de change dégoulinant de sueur pour avoir assez de pesos argentins pour louer une voiture. Suuuuurpriiiiiise, il est 14h, et tout est fermé jusqu’à 17h… Tout ? Non ! Car un petit bureau touristique résiste encore et toujours à l’attrait de la sieste !!! Nous voilà donc au volant d’une petite Peugeot 206 (c’est vrai ça, restons local… Au moins elle est en meilleure état que la plupart des tas de ferraille que l’on croise à tous les coins de rues en train de cracher des nuages noirs).

Et en route pour Purmamarca (un gage pour Victor à chaque fois qu’il le prononce mal : Pumamama, Purarara ou autre Pucacaca : perdu !). Après 2 heures de pilotage dans des virages serrés au milieu de la jungle, nous voilà dans les Andes… 20h : nous garons Titine devant un petit Hospedaje où nous passerons la nuit. Douche bieeeeen méritée, et nous partons manger…
Impossible d’éviter la flute andine (à mi chemin entre la flute de pan et la flute à bec : oui c’est possible…), donc nous voilà tous seuls dans un petit resto à regarder la carte… Entre la reprise de Hey Jude et celle de Let it be (à la flute andine, suivez un peu bon sang !) nous avons passé commande… Et on a mangé… du lama… Aaaaaaah, oui je sais c’est maaaaaaaal : paaaaauvre lama… Entre la reprise de Titanic, Whitney Houston et Imagine, on a profité du repas. Et on a bien regretté d’avoir choisi de prendre un dessert quand le cd est reparti en boucle sur Hey Jude… (en fait non, parce que le fromage avec du miel de canne, c’est drolement bon…)


V: Je prends le relais, Estelle a ingurgité beaucoup trop de drogue ce soir (on y reviendra…) et elle part se reposer un peu.

Après avoir passé la nuit à Pumamama, on découvre de jour un joli village, pittoresque, et dont l’activité se concentre autour d’une belle place de marché. Une balade est conseillée autour du village pour y découvrir les montagnes qui l’entourent réputées pour la beauté de leurs couleurs.

montagnes

On visite ensuite le marché du village, dont les étalages sont remplis de produits artisanaux.

Au menu de la journée : une empanada achetée à une vieille dans la rue, un jus d’orange frais, et un litre de yaourt liquide qui trainait dans un sac au fond d’un frigo (quand même).

Dans la journée, on a repris plusieurs fois la voiture pour visiter différents village. On a passé le tropique du capricorne, visité une forteresse Inca, le tout grâce à Titine qui a bien voulu braver les km de piste caillouteuse qui conduisent vraiment au bout du monde.

Au passage, vous l’attendiez tous, voilà notre premier lama du séjour !

llama

Avant de vous quitter, je vous dois une explication sur ce que j’ai écrit plus haut. Oui, Estelle a chiqué de la drogue toute la journée. On a testé pour vous : la feuille de coca !

coca

Une petite vieille nous a vendu ça dans une ruelle, mais ne vous inquiétez pas, on en trouve aussi en supermarché. En fait, c’est la seule région d’Argentine où sa vente est autorisée.

Par contre, vous allez être déçus, mais la feuille a uniquement des vertus médicinales. Elle aide entre autre à combattre le mal d’altitude.

A bientôt !

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. mariel b. dit :

    Je note pumamama: 1 seul gage pour pepito !

    Si je puis me permettre… Là n’est pas votre 1er lama du séjour.
    Vous oublié celui qui était dans votre assiette, hier!

  2. mariel b. dit :

    oubliezzzzz

  3. céline dit :

    Vos récits donnent trop envie d’aller en Argentine !
    Profitez-en bien et continuez à nous raconter vos aventures !
    Gros bisous de France où nous vivons sans lama, sans maté et sans feuille de coca 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *