Week-ends printaniers

Avec le retour du printemps, les week-ends prolongés se sont joyeusement enchainés (surtout pour moi, Victor ayant moins de jours fériés) et les visites des copains aussi !

Le week-end du 1er mai, ce sont des nantais, Vincent et Camille, qui sont venus profiter de la région. Nous avions planifié une initiation à la via ferrata au-dessus de la ville de Thônes (ce qui nous a donné une belle excuse pour acheter plein de fromages à la fruitière locale – Thônes étant la ville du reblochon). C’était notre première expérience en via ferrata pour tous les quatre et même si tout le monde n’était pas très rassuré (en même temps, le pont de singe du début était franchement flippant), l’expérience était très convaincante !

Le fameux pont de singe

Les singes, sans le pont

Vue sur Thônes et les montagnes depuis la via ferrata

Sur un fil

C’est une activité vraiment sympa : à mi-chemin entre randonnée aérienne et escalade.

Le joli dévers final (moi j’ai pris l’échelle)

Au sommet de la via

Après quelques heures de crapahutage, nous rejoignons Annecy où la mission parking s’avère être un calvaire (c’était le week-end du marathon et des milliers de personnes étaient venus pour l’évènement…) mais  la visite de la vieille ville et des bords du lac font toujours leur petit effet !

Le lendemain, nous emmenons nos amis randonner sur un petit sommet du Chablais : le Môle.

Vallée de l’Arve et Chablais

Crête sommitale

Au sommet, on réquisitionne le banc pour le pique-nique.

Un hélicoptère joue un jeu dangereux…

Le Mont-Blanc finit par sortir son sommet des nuages !

Enfin, le dernier jour, nous avons fait un grand tour dans Genève, dans la grisaille et le froid.

 

Ensuite ce sont enchaînés quelques week-ends de frisbee : championnats suisses à Berne, puis tournoi de préparation à Barcelone pour moi avec l’équipe féminine suisse et enfin 3 jours de stage de préparation avec notre coach, toujours avec l’équipe féminine suisse. Ce dernier avait lieu au sud de Zurich, dans la ville de résidence de Roger Federer ! Nous logions dans une maison-dortoir, sur les bords d’un lac dans un cadre idyllique.

Trois jours bien sympathiques pour travailler ensemble et développer un esprit d’équipe.

La parfaite carte postale suisse

 

Juste avant ce stage, le jeudi de l’Ascension, nous avons fait un tour dans la vallée de l’Arve avec Victor et sommes montés à l’Aiguillette des Houches et la pointe de Lachat. Une très chouette boucle avec des névés encore très présents mais facilement évitables.

Presque au sommet, le Mont-Blanc apparaît

Joli balcon sur le massif

Une face nord encore bien enneigée

Bon ap’ !

Victor face à l’aiguille Verte

Les eaux de fonte s’écoulent paisiblement dans ce décor majestueux

L’aiguille Verte, mais en noir et blanc et celle du Chardonnet (à gauche)

Dernier week-end de la série : pour la Pentecôte Laurence et Damien sont venus nous rendre visite. A part le premier jour, où nous nous sommes promenés dans Genève sous le soleil, ils n’ont pas eu de chance pour la météo…

Au parc des Bastions, partie d’échec

Comme nous ne sommes pas en sucre, nous ne sommes cependant pas restés enfermés. Nous avons passé quelques heures dans Annecy où le soleil a fini par sortir le bout de son nez. Malheureusement, les nuages sont restés accrochés sur les sommets et lors de notre montée à la tête du Parmelan, il fallait deviner le panorama entre les pans de nuages. C’était malgré tout agréable de se dégourdir les jambes.

Montée au Parmelan par le Grand Montoir : un passage un peu aérien

Une trouée dans les nuages au-dessus d’Annecy

Les belles falaises du Parmelan se dévoilent quelques minutes

On ne voit pas le Mont-Blanc,mais on apprécie tout de même la vue

Couleurs complémentaires !

Descente

Le lendemain, je les emmène dans le Chablais pour une petite promenade à la pointe de Miribel. On profite surtout de la traversée des alpages car le panorama au sommet est réduit à un épais brouillard à 360°C. Il faut donc imaginer le Mont-Blanc et croire sur parole les habitués des lieux.

Les alpages sont en fleur

En redescendant sur le Léman, nous faisons un détour à Yvoire, joli patelin médévial très touristique, où le soleil est de sortie.

Le château d’Yvoire

Des vilains petits canards

Pas si vilains que ça !

Le bord du Léman à Yvoire

Puis il est temps de rentrer sur Genève pour que Laurence et Damien puissent attraper leur train !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *