Randonnée glaciaire à Kandersteg

En septembre dernier, de retour des USA et avec une forme physique au top, nous profitons d’un week-end de trois jours pour partir randonner autour de Kandersteg. A 2h30 de route plus une bonne heure de bus (via une route de montagne quelque peu scabreuse), c’est plus que ce qu’on s’autorise sur un simple week-end, mais le temps s’annonce beau et nous sommes impatients de découvrir les Alpes Bernoises.

Pour la première journée, nous montons à la Mutthornhütte, à 2900m d’altitude. Entre 5 et 6h de marche sont au programme et nous amènent à la cabane, après une dernière partie assez longue sur un glacier débonnaire. Nous sommes seuls ou presque sur notre itinéraire et nous profitons du panorama autour de nous.

Vallée de Gasteretal
Faces rocheuses
Pied du glacier Kanderfirn
Hop, on prend pied sur le glacier sec sec
Il y a quand même une cordée devant nous
Petite crevasse avec eau de fonte
La cabane est en vue !
Mutthornhütte

L’arrivée à la Mutthornhütte nous permet d’admirer pour la première fois le tryptique des Alpes Bernoises : l’Eiger, la Jungfrau et le Monch (dont une version des traductions peuvent signifier : l’ogre, la demoiselle et le moine).

De gauche à droite : l’Eiger (3970m), la Jungfrau (4158m), le Monch (4107m), et à droite au premier plan : le Tschingelhorn (3562m)
Chocolat chaud bien mérité
Crépuscule

Le lendemain, nous partons tôt pour une course glaciaire : nous devons passer le Gamchilücke, un col alpin, à 2836m qui s’annonce un peu scabreux. La montée, après une traversée glaciaire est plutôt aisée car équipée de chaîne et de points d’ancrage pour se sécuriser.

Lumière matinale
Le col du jour
Montée au col

La descente se fait par contre dans un pierrier (très) raide et instable : tout ce que j’aime… Et enchaine sur un glacier sec, sans trace visible. Nous nous retrouvons dans une zone un peu trop crevassée et décidons de remonter pour longer une zone qui semble plus sûre. Effectivement, c’était une bonne décision, nous rejoignons enfin la moraine et un terrain plus stable.

Regard en arrière après cette partie délicate : le col est tout au fond.
Et vers l’avant, l’environnement est encore bien minéral, mais on a récupéré des cairns !

Après cette première partie de journée fatigante, il nous reste encore une longue marche (certes sur du sentier facile désormais) qui nous fait redescendre tout d’abord à 1900m avant d’enchainer quelques montées et descente.

Tout va bien, plus que 3h de marche
Le recul glaciaire est assez frappant…


Après un gros coup de moins bien de mon côté, nous entamons finalement la longue ascension jusqu’à notre cabane du jour : la Blumlisenalphütte, à 2780m. L’arrivée, après une dernière partie raide mais équipée d’escalier, est un soulagement ! Ici aussi, le cadre est majestueux.

Cabane en vue !
Enfin le repos

La dernière journée est une longue descente jusqu’à Kandersteg, qui nous amène au pied du sublime lac d’Oeschinensee et son petit air canadien. Nous y faisons une longue pause avant d’achever notre périple.

Au petit matin, la vue est dégagée et l’on peut profiter du panorama, contrairement à la veille au soir
Début de descente
Blumlisalpgletscher
Wow
Oeschinensee : une pause superbe pour finir en beauté le week-end

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *